sylviculture

Préparation de sol, plantations, enrichissements, travaux de régénération, dégagements, dépressages, élagages, tailles de formations…

Sylviculture et plantations

Marquage d’éclaircies résineuses et feuillues :

on créé des cloisonnements d’exploitation pour permettre la sortie des bois tout en canalisant les engins sur un itinéraire donné. Les cloisonnements se font 1 ligne sur 5 dans les résineux (on coupe une ligne et on en laisse 4) et tous les 15-20m dans les feuillus.  Puis on sélectionne des tiges d’avenir et on prélève des arbres autour de ceux-ci pour les favoriser. On laisse un maximum de branches dans le cloisonnement pour limiter l'impact du poids des engins sur le sol.

Martelage de bois d’œuvre :

on commence par prélever les bois dépérissants et malades, puis les bois arrivés à maturité, et on travaille toujours au profit des plus belles tiges d’avenir. Le but est soit d’améliorer le peuplement en place, soit de récolter les bois afin de renouveler le peuplement en régénération naturelle ou plantation. Cette opération est préalable et différenciée de l’achat de bois.

Plantations :

on peut planter pour renouveler un peuplement ou pour l’améliorer. Les résineux sont le plus souvent plantés, notamment après une coupe de résineux. On peu aussi améliorer un peuplement pauvre soit en le coupant puis en le replantant, soit en plantant par zones. Les densités de plantation sont de 250 à 1600 plants/ha.

Régénération naturelle :

avant de faire la coupe définitive, il est nécessaire que la régénération soit acquise pour pouvoir renouveler le peuplement.

Entretiens de plantations et de régénération :

il est nécessaire de suivre et faire des travaux dans le jeune peuplement afin de favoriser les tiges ou plants d’avenir. Par exemple, les dégagements permettent de laisser pousser les essences objectives sans qu’ils soient oppressés par la végétation concurrente. Différents travaux peuvent ou doivent être envisagés pour l’avenir du jeune peuplement.

sylviculture