Les singularités du chêne – Chapitre 1

Chêne - Roulure

Chêne - Roulure

Chêne - Gélivure

Chêne - Gélivure

Chêne - Pourriture

Chêne - Pourriture

Chêne - Fente d'abattage

Chêne - Fente d'abattage

Chêne - Noeud sain

Chêne - Noeud sain

Chêne - Noeud pourri

Chêne - Noeud pourri

Chêne - Noeud d'une grosse charpentière

Chêne - Noeud d'une grosse charpentière

Chêne - Noeud recouvert

Chêne - Noeud recouvert

Chêne - Ancien noeud pourri

Chêne - Ancien noeud pourri

Chêne - Broussin

Chêne - Broussin

Chêne - Trous d'nsectes de bois sec

Chêne - Trous d'nsectes de bois sec

Chêne - Fil droit

Chêne - Fil droit

Le chêne est un arbre majestueux très répandu en France : c’est l’essence la plus représentée volume, mais aussi en surface. Cet arbre a toujours été prisé des constructeurs, pour les charpentes des maisons, les chantiers navals pour les coques de bateaux, les parquets, les traverses de chemin de fer, les merrains pour la fabrication de tonneauxChaque chêne est différent : une multitude de singularités différencie les qualités du bois. Certaines sont facilement repérables, d’autres nécessitent un œil entraîné, ou plus expert. Les qualités de chêne abordées dans cet article concernent le chêne rouvre – ou chêne sessile – et le chêne pédonculé. La complexité du sujet nous amène à le séparer en 2 articles : Chapitre 1 – Les singularités du chêne et Chapitre 2 - La qualité et le prix du chêne en fonction de ses singularités.

Qu’est ce qu’une singularité du chêne ?


Autrefois appelés les défauts du chêne, on parle aujourd’hui de singularités. Un défaut implique une dévaluation du produit, tandis qu’on peut tirer un avantage d’une singularité. Par exemple, le château de Guédelon, en cours de construction, était à la recherche d’un arbre courbe qui épouse la forme de la tour. La courbure n’est généralement pas appréciée, pourtant elle est recherchée dans ce cas. Plus couramment, des arbres avec de grosses branches tout le tour de l’arbre sont déclassés, alors qu’ils sont recherchés pour réaliser des plateaux de table live edge.


Les singularités visibles à la culée du chêne


Voici une liste des singularités que l’on distingue une fois le chêne abattu, à la culée de l’arbre :

  • Gélivure : provoqué par un gel tardif au printemps ou un gel précoce en automne, la sève présente en quantité sous l’écorce gonfle sous l’effet du gel et fait éclater le bois. L’arbre cicatrise mais laisse une fente à l’intérieur de l’arbre.
  • Roulure : c’est un décollement de cernes, deux cernes se détachent et provoquent une fente circulaire. Cette fente peut être partielle ou complète, plusieurs roulures peuvent être présentes au sein d’un même arbre.
  • Lunure : on distingue deux types de bois, le duramen ou bois de cœur, et l’aubier qui correspond à du bois jeune qui a souvent une couleur plus claire. L’aubier n’est pas utilisé dans tous les produits, il est donc enlevé au moment du sciage et valorisé dans des produits spécifiques. La lunure est le phénomène d’aubier à l’intérieur du bois de cœur : en partant du centre de la culée, on trouve du bois de cœur, puis de l’aubier, puis du bois de cœur, et enfin de l’aubier. Ce défaut conduit généralement à déclasser la grume en bois de chauffage.
  • Cœur étoilé : ce sont des gerces importantes qui partent du cœur de l’arbre, les bois gélifs ont souvent le cœur étoilé.
  • Fente de cœur : ce sont des fentes qui sont plutôt liées à l’abattage et non directement à l’arbre.
  • Blessure : les blessures qui se sont cicatrisées forment un T à la culée. Cette singularité ne déprécie pas le bois mais il faut savoir la distinguer par rapport à la gélivure.
  • Cœur excentré : un arbre qui aura eu plus de lumière d’un côté que de l’autre va se développer plus vite du côté de la lumière, le cœur de l’arbre ne se situe donc plus au centre.
  • Arbre creux : l’arbre a pourri et s’est désagrégé, il peut rester vivant tout en étant creux. La partie vivante de l’arbre ou s’écoule la sève se situe dans la partie extérieure de l’arbre.
  • Pourriture rouge : un champignon rentre par les racines du chêne et se répand dans le bois de cœur, mange la lignine et la colore ne rouge. Cette pourriture est aussi appelée pourriture cubique, puisqu’à terme elle transforme le bois atteint en cubes.
  • Pourriture blanche : un champignon mange le bois, il ne reste alors qu’une sorte de mousse blanche.

Les singularités visibles sur le fût du chêne

 
Voici une liste des singularités que l’on distingue à la fois sur pied et aussi une fois le bois abattu, le long de la grume :

  • Courbure :  quand le chêne n’a pas assez de lumière à son sommet, il cherche la lumière te se courbe pour la capter.
  • Fil torse : le bois se tord sur lui-même, il visse.
  • Foudre : on reconnait le coup de foudre à une blessure tout le long de l’arbre de forme hélicoïdale, la fente tourne autour de l’arbre.
  • Méplat : souvent lié à une ancienne jumelle, un côté de l’arbre est plat. Un arbre méplat a le cœur excentré.
  • Graisse : c’est une excroissance importante sur le tronc de l’arbre. Il ne faut pas confondre avec une loupe, l’intérieur d’une graisse a le fil tors et continu.
  • Nœuds sains : ce sont des nœuds issus de branches vivantes, ils peuvent être plus ou moins gros suivant la taille de la branche.
  • Broussins : c’est une multitude de bourgeons ou de petits nœuds au même endroit.
  • Pattes de chat : c’est une multitude de broussins le long de la grume. Une fois le bois scié, on a l’impression de voir des pattes de chat.
  • Nœuds noirs : Ce sont des nœuds issus de branches mortes ou dépérissantes. Ils prennent une couleur grise ou noire suivant le degré de pourriture de la branche, ces nœuds peuvent être adhérents ou non adhérents à la grume.
  • Nœuds recouverts : l’arbre a cicatrisé sur d’anciens nœuds, ils sont toujours présents mais enfermés à l’intérieur du bois. Souvent sains, ces nœuds peuvent être pourris.
  • Loupe : souvent lié à des piqures ou des petites blessures, l’arbre se défend et forme une loupe. C’est une boule de taille variable constituée d’un entrelac de fils de bois et de nœuds, la forme du bois est irrégulière.
  • Piqure : un bois sec sur pied ou qui reste trop longtemps au bord de la route peut être attaqué par des insectes qui creusent des trous dans l’arbre.
  • Corps étranger : on peut trouver différentes matières et divers objets dans un arbre, de la ferraille (obus, balles de fusil, clous…), du plastique…

Dans un second article « La qualité et le prix du chêne en fonction de ses singularités » nous aborderons les différentes qualités de bois de chêne en fonction des singularités, quelles conséquences ont les singularités sur la qualité du bois, le prix du chêne en fonction de plusieurs paramètres.