Réunion CRPF – Les résineux en plaine

résineux en plaine

résineux en plaine

Le 09 avril 2019, le CRPF – Centre Régional de la Propriété Forestière – a organisé une réunion forestière sur le thème «  Les résineux en plaine aujourd’hui  » à Cessy les Bois – Nièvre – Bourgogne. La journée a commencé par la visite d’une forêt résineuse de 500 ha à Donzy (58), proche de Premery et de la forêt des Bertranges.

Les questions que tous les forestiers ont au bord des lèvres ont été abordées  : peuvent-ils être encore plantés  ? Lesquels  ? Où  ? Comment  ? Quelles sont les essences résineuses de demain  ? Faut-il mélanger les essences et pourquoi  ? Comment limiter les problèmes sanitaires  ? 

Une version expérimentale de Bioclimsol nous a permis de déterminer quelles essences sont en station sur ce secteur, feuillus comme résineux, par rapport aux températures et à la pluviométrie. Cet outil qui sortira peut-être sous forme d’application pour les professionnels et les particuliers est un support pour la gestion forestière durable. 
La forêt, principalement composée de douglas et d’épicéas a souffert d’attaques de scolytes sur les épicéas, notamment en 2018.  Le renouvellement des peuplements est de plus en plus difficile face aux aléas et au réchauffement climatique. La régénération naturelle est de plus en plus favorisée, avec un objectif principal en douglas. Les feuillus, et notamment la régénération de chênes est prise en compte de façon à obtenir à terme un mélange.

Il est primordial de changer les façons de gérer nos forêts et de renouveler les peuplements. Il n’est plus envisageable de planter des peuplements d’essences non appropriées aujourd’hui, ni dans les années à venir face au réchauffement climatique. C’est à nous forestiers, de trouver les solutions pour l’avenir de nos forêts. Plusieurs méthodes de gestion forestière donnent déjà satisfaction  : 

  • la futaie irrégulière  : le terrain est toujours couvert, on favorise les essences d’avenir, on renouvelle le peuplement en permanence…
  • la régénération  : généralement on obtient des milliers de semis grâce à la régénération, ce qui permet une sélection. Parfois, toute la surface n’est pas régénérée, on la complète alors par une plantation ou des regarnis.
  • le mélange d’essences  : on favorise la biodiversité, les différentes essences cohabitent, l’espace aérien n’est pas le même pour tous les arbres, tout comme leur système racinaire, ce qui permet d’optimiser une gestion durable et dynamique des forêts, tout en limitant les risques.
  • limiter l’évacuation des rémanents  : la forêt fabrique son propre engrais, les feuilles et les branches mortes se désagrègent et forment l’humus. Les rémanents qui sont laissés sur place lors de l’exploitation participent aussi à cette formation d’engrais naturel.
  • gérer l’existant  : simplement, il n’y a pas de recette miracle, on favorise les essences les plus adaptées qui sont déjà en place.
  • suivre les peuplements  : il est essentiel d’être présent dans les forêts pour les gérer au quotidien. Passer tous les 30 ans dans une parcelle pour faire une coupe n’est pas suffisant, la régénération se fait étouffer, les arbres dépérissants meurent sans être valorisés, les arbres dominants vigoureux et mal conformés prennent l’ascendant sur les petits arbres d’avenir… Couper plus régulièrement et avec un taux de prélèvement plus faible permet de moins stresser les arbres et les peuplements tout en les valorisant au mieux.

Pour savoir quelle gestion appliquer dans votre forêt, la solution est simple  : contactez-moi, nous visiterons votre forêt et je vous proposerai un ou plusieurs modes de gestion adaptés.